Melissmell – Aux Armes, un clip d’actualité


L’Etat comprime et la loi triche

L’impôt se rit des malheureux

Nul devoir ne s’impose aux riches

Le droit du pauvre est un mot creux

C’est un extrait de la chanson Aux Armes que vous pouvez découvrir ci-dessous à  travers un clip, un clip d’actualité qui devrait faire fureur!

La contestation c’est d’actualité, et ce titre de Melissmell pourrait bien porter être la voix de la contestation.

Le titre  » Aux Armes !  » est un écho à  l’hymne d’un pays  » le France  » qui semble partir en vrille dès que l’on parle d’égalité ou autre…

La voix de Melissmell ne vous laissera pas de marbre, elle est très particulière et tellement envoutante qu’elle déclenche des frissons à  chaque instant.


Mais d’où vient Melissmell ?

Elle a sans doute commencé dès le plus jeune âge, il parait même qu’elle savait chanter avant de parler, si entre 15 et 20 ans elle est dans le graphisme, la peinture ou même la vente c’est pour faire ses disques et réaliser ses décors de scène et assurer sa promotion.

Ainsi armée, elle se rend en solitaire à  Lille puis à  Paris pour chercher des musiciens. Elle vit en faisant la manche, dort avec les exclus et continue à  emmagasiner les expériences.

 » Dans la rue, il y a des rencontres qui t’apprennent beaucoup de choses.  »

Elle est partout où elle peut chanter envers et contre tout, que ce soit aux terrasses des cafés ou dans les squats d’artistes. Longtemps femme aux semelles de vent, elle se fixe à  Strasbourg où elle trouve sa famille musicale avec Stefano Bonacci à  la guitare et Thomas Nicol, longtemps complice d’Aldebert, au violoncelle. Avec eux, elle fait entendre sa différence.

Concerts, festivals, première partie de la tournée de Pep’s en 2009, la voici de retour à  Paris, au Trois Baudets, après avoir participée au festival « Alors Chante » de Montauban (elle sera réinvitée l’année d’après) et reçoit le deuxième prix du public. Puis reprend la route, inlassablement.

En avril 2010, avec Stefano et Thomas, Melissmell s’enferme au studio Davout pour deux mois. Aux manettes, Laurent Jaïs (Manu Chao, Brigitte Fontaine…) se charge de la réalisation. Côté textes, Mel pioche dans son répertoire, réécrit, compose, ajoutant à  sa rage une dose de légèreté, car « par la colère, on ne fait rien passer. Avec de l’ironie par contre… C’est Brel qui me l’a appris. » Côté musique, un quatuor à  cordes s’adjoint au trio, Thomas en signe les arrangements. Le groupe s’étoffe également avec Hugo Cechosz (Grande Sophie, Eiffel…) à  la basse, Philippe Entressangle (Etienne Daho, JP Nataf…) à  la batterie et Matu (Indochine, Frères Misères…) au piano; Seb Martel (le guitariste de -M-) est passé mettre quelques riffs sur un titre (Les Enfants de la Crise).
Ensemble, ils composent le portrait contrasté d’une femme de ce début de XXIe siècle, entre engagement sincère et sensibilité, lucidité et romantisme, tendresse et violence des passions.

Place au clip:



Soutenir Framasoft