Les médias s’emballent (ou non) avec l’actualité.


Je ne sais pas si les médias ont l’obligation de passer chez Panurge pour valider une formation de journaliste, mais j’ai un doute et je voudrais m’en assurer, si il y a des journalistes dans l’assemblée alors qu’ils parlent.

Panurge? Mais oui l’histoire des moutons se jetant dans un ravin.

Panurge ou l’histoire des médias qui publient tête baissée sans vérifier les actualités en provenances des agences de presse, ou des amis politiques ou sociétés clientes du média (Les espaces pub sont importants pour le budget, on ne peut pas perdre un bon client, alors faisons lui plaisir!).

Les médias de panurge sont dans la course au scoop pour gagner le championnat de l’audience.

mouton
[photo]

Au final on se retrouve souvent pendant plusieurs jours et parfois plusieurs semaines avec un sujet unique et indigeste, on citera les crash d’avion (les médias raffolent du morbide et c’est bon pour l’audimat et les parts de marché), le décès de Michael Jackson et aujourd’hui ses innombrables rumeurs concernant son argent ou la façon dont il est mort, demain la santé d’un éventuel président malade.

Les médias laissent toujours un arrière goût de déjà  vu derrière eux, forcément quand vous lisez un journal, écoutez la radio ou regardez la télévision, vous retrouverez les mêmes informations dans les deux autres médias.

Un peu comme des monstres sans tête, incapable de réfléchir et incapable de se détacher du seul intérêt économique du média, les journalistes nous proposent (on l’espère encore à  contre cœur) une information déjà  distillée, broyée, compressée et surtout décoré (pour nous faire peur ou nous faire sourire) par les agences de presse qui vont les distribuer à  la sortie des cocktail ou des conférences de presse peut-être.

Après les médias vont venir, pleurer, ils demanderont « Â mais pourquoi la presse va mal « , et on répondra « Â devine mon petit, à  force de faire du remix d’information, ou pire du copier/coller (Merci les agences de presse) vous ne représentez plus aucun intérêt pour nous les clients.

Et oui les agences de presse collent l’information à  la faute prêt sur la totalité des médias, on se demande donc quel est l’intérêt d’en avoir plusieurs. Certainement le fait que quelques médias proposent encore quelques reportage, de vrais reportage qui apporte une information que l’on ne trouve pas ailleurs.

Si les médias n’ont pas la possibilité de proposer au minimum leur point de vue sur une information, ou un petit plus, un détail que ne proposeront pas les autres médias, c’est bien dommage et cela expliquera à  l’avenir la lassitude des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs.


Petite info si vous ne l’aviez pas encore

Se comporter comme des moutons de Panurge, c’est faire la même chose que les autres, suivre une mode, se conformer à  une idée dominante, en éliminant tout sens critique.

Le sens critique c’est justement ce qu’il manque le plus aux médias, on ne va pas oublier le sens de la répartie (à  moins que laisser se propager des informations incomplètes ou déformées dans les médias soit délibéré?), la majorité des médias qui ne pensent qu’à  l’intérêt économique sans jamais penser à  l’intérêt de l’information se transforment petit à  petit en supports de communication pour entreprises ou autres intérêt économique, un genre de panneau publicitaire mais en petit format.

L’emballement général des médias on le retrouve en ce moment avec un sujet de santé publique, la grippette semble faire recette, quand je parle de grippette je parle de la grippe H1N1, on nous parle à  longueur de journée de malade pas encore à  l’article de la mort.

Je n’ose pas imaginer les détails que nous donnerons les médias lors de la prochaine épidémie de Gastro-entérite qui fera plus rapidement plus de victime (enfin sauf si la grippette se transforme en vraie arme de destruction massive), je vous passe évidemment les détails et j’attends avec impatience cette actualité se déversant sur les médias.

Si les médias continuent dans le même sens, ils tomberont tous dans le ravin, à  moins qu’ils ne tombent dans l’oubli (c’est toujours moins violent qu’un ravin).

Heureusement que le monde ne tourne pas autour des médias, sinon quelques pages suffiront désormais pour publier un journal annuel, au sommaire de ce trimestre, crash d’avion, grippe A, président malade, stars à  l’agonie.

Et pourtant le monde continu de tourner, malgré les crashs d’avions, et même si Michael Jackson n’est plus de ce monde, oui je vous assure.

Je sais que j’ai oublier de citer les médias testeurs de produits, vous savez les médias objectifs mais tellement proche des annonceurs (les marques qu’ils testent).

Je ne désespère pas, il y a encore des médias et des journalistes qui tentent de faire un vrai travail, espérons qu’ils réussissent.

J’ai quand même une dernière question, qui oblige les médias à  tous parler d’un même sujet pendant des journées entières?


Fast Forward Holophonics