Laszlo Jones, Download me i’m free


Laszlo Jones c’est un voyageur, de Singapour à  Bangkok, en passant par Bahreïn, Milan et Chicago, mais évidemment si j’en parle aujourd’hui ce n’est pas pour meubler ma rubrique voyage mais bien pour parler musique.

La musique c’est une histoire qui dure pour Laszlo Jones, le violoncelle dès 4 ans, le piano dès 7 ans et l’écoute de musique (comme souvent quand on est jeune).

Le père était un adepte de Wagner et sa mère le nourrissait au jazz et à  la soul de Stevie Wonder ou de Georges Benson, une musique plutôt classique donc.

A l’adolescence, Laszlo Jones se tourne vers Led Zeppelin et d’AC/DC, et ça amènera là  encore du plus dans sa musique.

Ses études il les poursuit entre Londres et à  Paris en intégrant différentes formations locales comme chanteur.

Ce qu’il dit de lui-même : » Mon père est hollandais d’origine américaine et hongroise, ma mère libanaise a du sang turc et italien : je suis comme une bonne bière qui a été bien brassée ! « 

Laszlo Jones a écrit, composé, arrangé et réalisé son premier album, “Banana Nation”. Une musique efficace et subtile. En effet, il réussit dans son Banana Nation, non pas une simple collection d’influences, mais une véritable synthèse qui s’exprime dans chaque chanson et qui parvient à  tenir en harmonie des univers aussi différents que le son  » oldies  » d’Harry Belafonte et de son Calypso, les breaks déchaînés du métal progressif, l’odeur des planches de Broadway et enfin un groove, savamment orchestré, qui repose sur un subtil mélange de programmation hip-hop et d’un jeu funk infaillible de guitares, basses et autres claviers.

Les textes, quant à  eux sont tantôt influencés par ce qu’il a pu vivre ou rapporter de ses différentes vies et voyages ( » Banana Nation « ,  » My Babe’s Gone black « ), tantôt plus introspectifs ( » Spinning around « ,  » Free « ), mais toujours malins, cyniquement drôles et politiquement incorrects.

Download me i’m free

A découvrir sur le site de Laszlo Jones


Soutenir Framasoft