L’Apollonide, bande originale – Bertrand Bonello


L’Apollonide de Bertrand Bonello, plus bas vous pourrez voir la bande annonce, une bonne occasion de découvrir le titre « Bad Girl » de Lee Moses qui parait il est quasi introuvable, c’est en tous les cas un titre excellent, un titre qui d’ailleurs aura servi de support à  la réalisation des photos que contient le luxueux digipack de la bande originale qui sortira le 15 septembre 2011 à  2000 exemplaires.

Ici je ne vais pas vous parler du film, mais plus de la bande originale, dont je suis tombé amoureux, oui on peut encore tomber amoureux de musique!

Déjà , ce que l’on pourra apprécier avec ce digipack ce sont les photos, sans doutes nous obligeront elle à  aller plus loin, à  l’ouvrir et à  l’écouter, c’est ce qui manque souvent aux albums ou même aux bandes originales, une belle présentation.

Ces photos justement nous mettent dans l’ambiance, des photos prises à  l’ancienne (enfin avec des appareils argentiques). Ces photos ont été réalisées par Josée Deshaies (chef opératrice), Bertrand Bonello et Elsa Amiel, les actrices se sont pas mal laissées aller sur le titre « Bad Girl » présent sur cette BO, le titre le plus fun!

Quand je vous parle d’ambiance, il faut évidemment noter que le titre « Bad Girl » qui représente à  lui seul un résumé de cette BO est signé par Lee Moses, un guitariste et chanteur soul des années 60/70, et Bad Girl est un de ces titres rythm’n blues et musique soul que l’on a du mal à  trouver aujourd’hui, quand je dis du mal je devrais dire qu’il etait impossible de mettre la main dessus, et on devra sans doute remercier Bertrand Bonello et l’Apollonide d’avoir intégré ce titre dans la BO pour lui donner une nouvelle vie.

En même temps, Bertrand Bonello est avant tout musicien, alors on ne peut que s’attendre à  du bon en matière de musique, il a débuté par de la musique classique et a accompagné de nombreux artistes (De palmas, Daniel Darck, Françoise hardy) avant d’arriver au cinéma, mais la musique ne reste jamais bien loin puisqu’il signe la BO de son premier film « Quelque chose d’organique » avec le collectif Laurie Markovitch, il réalise aussi une autre oeuvre sonore puis fait un film du même nom « My new picture ».

Pour ce nouveau film, l’Apollonide, qui est son dernier long métrage il est aussi à  l’origine de plusieurs morceaux de la bande originale.

Cette BO qui colle à  chaque personnage est débordante de sentiments, mélancolie avec le concerto pour piano n°23 de Mozart, on commence aussi la BO avec un titre signé par Bertrand Bonello « il y a des larmes blanches » un titre pas mal silencieux que j’aurais assez de mal à  vous décrire, c’est intriguant en fait.

D’autres titres très intéressants comme « Plaisir d’amour » qui est ici interprété par Eloïse Decazes accompagnée au piano par Bertrand Bonello lui même, un beau morceaux tout simplement.

Le titre « O Soave Fanciulla / La Bohême Giacomo Puccini » est aussi l’occasion de lire une lettre, une lettre en musique qui je l’imagine nous retrouverons dans le film, un bel instant de tristesse, d’espoir peut-être, d’amour.

En fait c’est assez étonnant de voir comment il est simple avec la musique de sauter d’un sentiment à  l’autre dans une même BO qui finalement colle sans doute assez bien à  l’histoire, celle d’un film à  découvrir en musique le 15 septembre et en salle le 21 septembre 2011.

A retrouver sur la bande originale
1.Il y a des larmes blanches Bertrand Bonello (2:02)
2.The Right To Love You The Mighty Hannibal (2:41)
3.Tu sens bon, ma poupée Bertrand Bonello (2:37)
4.Plaisir d’amour Bertrand Bonello / Eloïse Decazes (3:00)
5.L’Apollonide Bertrand Bonello (3:17)
6.Départ à  la guerre Bertrand Bonello (0:37)
7.Piano Concerto No 23 Adagio Wolfgang A. Mozart (8:14)
8.Nights In White Satin The Moody Blues (4:29)
9.O Soave Fanciulla / La Bohême Giacomo Puccini (3:47)
10.Bad Girl Lee Moses (3:43)

La bande annonce:

Pour acheter le cd, c’est tout simple vous avez les infos par ici

PS: Même si tous les titres de cette BO sont excellent, le dernier « Bad Girl » est réellement exceptionnel, un pur instant de bonheur que l’on aime réécouter, simplement pour profiter, un titre qui me ferait presque regretter d’être là  quelques années en retard, que j’aurais aimé apprécier Lee Moses dans les années 60/70, juste pour qu’il soit graver à  jamais dans ma mémoire…Oui, j’adore!


Fast Forward Holophonics