Final Horror, le nouvel album de Old Caltone


Final Horror, l’album de Old Caltone sortira le 25 mai chez Roy Music, vous aviez peut-être déjà entendu ce nouveau son à l’occasion de la fuite d’un premier titre il y a quelques mois, vous allez aujourd’hui pouvoir découvrir avec Two Devils un nouvel aperçu de l’album à venir.

Old Caltone c’est une autre facette de la musique du musicien Jérôme Amandi que vous appréciez sans doute déjà au vu du succès de Talisco, mais ici avec Final Horror il se lance dans un projet électro qui oscille entre pop et hip-hop on le découvre sous une autre facette, et la surprise est forcément au rendez-vous.

Un nom, Old Caltone, qui est aussi celui d’un cimetière d’Edimbourg, c’est évidemment plutôt bien choisi pour un projet, concept qui tourne autour du célèbre vampire Dracula.

Old Caltone est un peu l’alchimiste du projet, à la façon d’un Gorillaz mais en version film d’horreur.

Un artiste unique, mais une richesse incroyable pour cette musique qui déborde derrière cette odyssée intense.

Dix titres mixés par Jérôme Amandi et dans lequel on découvre toute la culture qui l’inspire, les films d’horreur évidemment mais aussi de science-fiction s’étendant de de la Hammer au mouvement punk période Jamie Reid jusqu’à la culture Rave et électro associée aux années quatre-vingt-dix. Une vaste étendue d’histoire de la culture dans laquelle il pioche avidement pour en ressortir des sonorités aussi lugubres que minutieuses. A travers cette musique on est peut-être en plein voyage au cœur de son esprit.

Old Caltone Final Horror

Dix titres et plusieurs ambiances pour toucher de prêt des mondes que l’on connaît déjà comme celui de Gorillaz qu’on abordait déjà ou ceux de Mr Oizo ou encore Madonna.

Une présentation de quelques instants qui se veut grandiose avec l’entrée remarquable dans cet univers où les notes d’un orgue font écho à l’histoire de cet album.

Mr D c’est un le titre futuriste de cet album qui mêle à la perfection des envolées pop que des boucles spatiale digne d’un film de science-fiction.

Avec The Creator la grandeur de cette musique raisonne à travers cette voix imposante autour de laquelle se déplace un son mixé à la façon des scènes les plus dingues du hip hop, des sons dans toutes les directions, des rythmes qui s’entrechoquent, c’est un monde de totale décadence!

On vous laisse le soin d’écouter Two devils à la fin, et on vous dit deux mots de Calm qui est digne de la B.O d’un film grandiose qui nous parlerait de la fin du monde ou après le chaos régnerait une quiétude anxieuse, certainement le titre le plus beau de cet album.

Heureusement tout n’est pas terminé et l’excellent The Beginning relance l’aventure avec une douce voix accompagnée par quelques notes de piano et de douces nappes d’une musique pop rock, ça tranche clairement avec le début de l’album.

Into the Garden c’est une courte respiration de malade qui tombe là, comme ça, sans prévenir.

La musique pop se présente à nous avec Nuland qui fait aussi la part belle à la puissance électro qui donne beaucoup de vie à cet album, c’est sans aucun doute le titre qui propose le refrain que toute une salle déchaînée pourrait reprendre en chœur.

Le lugubre The Beast pourrait presque nous hypnotiser si on n’était pas tranquillement assis au milieu d’un paysage paradisiaque qui retient notre attention, mais pas autant que Final Horror qui vient clôturer cet album inoubliable.

Final Horror à mille lieues de l’urgence et de la précipitation qui règne dans cet album fait la part belle à un calme apparent, mais attention l’histoire a déjà montré qu’elle peut nous surprendre, à écouter jusqu’au bout…

Une belle aventure qui nous fait arpenter les clubs des quatre dernières décennies, un voyage revu et corrigé par l’imagination fascinante de Jérôme Amandi, quand la dernière note de Final Horror se déverse sur le monde, tout devient plus beau.

N’attendez pas le 25 mai pour vous régaler du son de Old Caltone avec le titre Two Devils à écouter ici


Soutenir Framasoft