Sangue bom – Blackstarline [Du rêve en musique]


Doowap, avec l’aide de mon player qui a décidé de lancer dans un grand désordre le nouvel album de Sangue Bom qui sortira le 11 juin 2012 a été le premier titre que j’ai découvert!

Et cette découverte c’est le début d’une histoire ou peut-être de plusieurs que l’on découvrira tout au long de cet album de 12 titres réellement tous excellents!

Sangue Bom est un artiste français, si il est producteur, il est aussi multi-instrumentiste, et son talent s’observe aussi bien quand il a une guitare dans les mains qu’un sampler.

Et ce talent lui permet de nous proposer un univers musical unique, et l’image de l’alchimiste ou du savant fou lui va très bien avec l’image que j’ai de ces de l’alchimiste.

Ses débuts dans la musique se font au sein de plusieurs groupes de Fusion et Hardcore, il passe aussi par le hip hop^et le reggae avant d’arriver à  l’électro, mais ces expériences sont toutes là  aujourd’hui dans sa musique.

En 2004 il fonde le collectif Orbeat avec le rappeur Nino Brown, le premier album s’appelle « Sanguibrown » , en 2008 il fonde le label Donotcross-Records et sort l’album « Mise sur Orbeat en 2010, il est aussi coproducteur du premier album de Nino Brown « 2CV verte sans retouche » (un album revitalisant comme un massage…) et pendant ce temps il prépare ce nouvel album « Blackstarline ».

L’histoire nous dit que c’est au volant d’une Renault 21 en Afrique lors d’un périple de Paris à  Dakar que l’album a été imaginé, et il est le reflet de ce voyage et ces rencontres…

Cet album de 12 titres nous fait naviguer entre soul et dub, mais comme je vous le disais, les expériences passées se retrouvent ici, et on croise un brin de hip hop, de reggae et même quelques détours par du rock.

Cet album qui passe les frontières comme l’a fait Sangue Bom lors de son voyage, est un reflet des richesses que l’on engrange lors de multiples rencontres.

Et c’est album est aussi chargé de rencontres, avec le MC américain Jamalski sur le titre « Resistencia Dub », un titre aux sonorités Reggae qui vous fait vibrer ou peut-être même planer sur un rythme plutôt incroyable, on le retrouve aussi sur le titre Métroblaster, toujours un rythme énergique et d’ailleurs les deux titres ont beaucoup de choses en commun, comme une petite mélodie qui vous reste à  vie!

Autre invité avec le rappeur sénégalais Abass Abass que l’on croise sur le morceau « Baifale ».

Il y a aussi des artistes talentueux nationaux sur cet album.

Il y a d’autres invités comme Laëtitia Dana, artiste française que l’on découvre avec une voix soul incroyablement envoûtante sur trois titres de cet album (Rolling, Blu, Meannness & Profits).

Autres invités que l’on remarque, Jahguidi qui entre avec « Samourai » le titre le plus fun de l’album à  mon sens, enfin celui qui capte le plus mon attention.

Rochelove Dhayvaa originaire des Antilles se pose sur A free K et Vodum, il y a aussi le deejay français qui nous fait partager ses scratchs incroyables qui donne un vrai coup de pouce aux compositions de Sangue Bom.

Coté musicien, on retrouve aussi Dany’o à  la basse et Isaac au trombone, deux anciens de la Malka Family aujourd’hui à  la tête du Madioko Mobile.

Et comme la musique ne va pas sans visuels, n’oublions pas non plus celui qui signe les illustrations , l’artiste français, graffiste et graffeur Grems.

Et comme un si bel album ne se crée jamais tout seul, on n’oubliera pas de citer Mad Professor et Joe Ariwa qui ont mixé cet album au studio « Ariwa Studio » à  Londres.

Et comme on dit quand on croise une telle merveille musicale, faites tourner!

Si vous aimez la couleur, vous allez adorer l’album, véritable feu d’artifice.


Fast Forward Holophonics