« Pas Fragile », premier album de Buridane


Il y a un an en septembre 2011 on découvrait avec très grand plaisir Buridane qui semblait déjà  nous faire un serment, celui de revenir avec le meilleur album qui soit.

Et voilà , c’est dans un mois tout juste sortira ce très bel album tant attendu, celui de Buridane.

« Pas Fragile », un titre de l’album, le nom de l’album, et surtout un texte et une mélodie qui résume à  elle seule ce que l’on découvre dans cet album.

Un album qui s’ouvre sur le très beau « Badaboum » qui si il semble sonner aussi bien qu’un titre de fête, entraînant et dansant et qui donne le sourire dès la première note est en fait bien moins festif que ce qu’il se laisse entendre, « badaboum » comme un instant de mélancolie, un instant parfois heureux mais pas vraiment, peut-être un instant d’hésitation ou bien de timidité?

Mais pas de doute, si la chanteuse est peut-être bien timide lorsqu’il s’agit de parler, elle est beaucoup moins pour s’exprimer à  travers ses textes, sa musique, ses chansons.

Si elle a commencé son aventure toute seule à  la guitare, puis à  deux puis le groupe a grandi pour devenir un groupe que vous avez certainement déjà  croisé dans un de ses concerts.

Le coté incroyable de cet album c’est la facilité avec laquelle Buridane semble surfer sur une vague qui fait des aller retour entre le grave et le léger, entre la violence et la délicatesse.

Et en écoutant l’album dans sa globalité, alors que les titres abordent des sujets bien différents on découvre un fil conducteur qui loin de nous servir à  rien est bien là  pour nous guider et nous faire découvrir l’univers musical propre à  Buridane.

Et avant de parler de l’album, petit détail intéressant sur l’artiste qui semble avoir trouvé son chemin, d’où son nom « Buridane » en hommage au philosophe « Jean Buridan » devenu célèbre pour le paradoxe de l’âne qui met en avant que l’hésitation et surtout l’indécision peut parfois être fatale, un âne qui devant son hésitation entre l’eau et l’avoine a fini par rester!

L’album, c’est du solide!

Une belle voix cristalline qui accompagnée de cette fabuleuse musique nous promène à  travers 12 titres!

J’ai retenu quelques titres, évidemment le célèbre « Badaboum » que vous avez écouté plus haut, on est tombé sous le charme d’un titre très beau « Jusqu’où petite » qui aborde avec douceur le thème de la grossesse non désirée ou peut-être bien celui de la maladie qui vous suit, qui vous gène, qui est avec vous.

Je pense aussi au joyeux bordel que nous propose Buridane qui semble même s’en excuser avec le titre « Désolée pour le bordel » qui nous parle d’un joyeux désordre trop bien rangé, peut-être est on dans la métaphore, on pourrait interpréter ce bordel comme un beau désordre dans la tête de quelqu’un qui rêve d’avoir une vie plus légère et qui faute d’y arriver pourrait bien terminer sa course au fond d’une mare un pavé à  son pied, bref à  vous de découvrir cet excellent titre, un des plus beau de l’album.

« La caillasse » est certainement l’instant le plus calme de l’album, calme pour l’intensité musicale et pourtant bien agité même si Buridane le chante tranquillement.

Là  encore un titre somptueux qui ne nous parle pas toujours de ce qu’il y a de plus beau dans la vie tout en restant « dans la joie ».

On arrive rapidement à  « La dispute », un autre titre que l’on devrait tous écouter une fois par jour pour ne pas oublier que parfois les blessures restent ouvertes à  jamais quand le mal est fait, alors peut-être si l’on aime faudrait il oublier de se disputer pour éviter de se sentir lamentable comme elle nous le conte dans « Mieux que moi »…

L’album se clôture comme il s’était ouvert, avec un titre qui balance entre les contraires.

« Rapport à «  nous parle à  la fois d’envie, d’espoir, de vie, de mort, de vide, mais pas seulement évidement.

Alors n’hésitez pas à  découvrir ce très bel album qui sortira le 1 octobre 2012.

En attendant, retrouvez plus d’infos sur Buridane et ses concerts sur son site officiel: buridane.fr

Soutenir Framasoft