Musset – Orion


On lève les yeux au ciel, on y découvre bien des traces visuelles qui avec l’aide de notre imagination nous ferons découvrir milles et une formes, et là-bas tout au fond, Orion, une constellation qui depuis longtemps déjà inspire les artistes, tant par la beauté de cette légende qui nous vient de la mythologie que par cette divinité qui forcément laisse libre court au mystère.

ORION

Aujourd’hui Orion c’est aussi un petit coin de Musique qui appartient à Musset.

Alors si Orion a déjà pris place dans de très beaux albums en tant que titre grandiose et parfois totalement instrumental comme pour mieux laisser place au voyage céleste, ici dans cet Ep imaginé par Musset, Orion est une ode à ce voyage dans l’infini, l’insouciance qui nous transporte comme ça, l’air de rien au coeur de nos rêves qui nous tendent la main.

Ce qu’il y a de beau avec la musique de Musset, c’est qu’il a suivi sa bonne étoile, un parcours qui le mène aujourd’hui guitare dans une main et stylo dans l’autre à coucher des mots les uns après les autres pour donner vie à de beaux poèmes.

Victoire et labyrinthe

Son passage par le groupe Revolver, le succès, le labyrinthe de la victoire qui mène parfois à des regrets qui participent aussi à la construction d’un parcours unique. Alors on se satisfait plus tard des regrets passés pour renaître avec de nouveaux projets.

Un passage par le Pérou et ses rites initiatiques, un contour par le pays basque où il sera libraire sans jamais s’éloigner trop de la musique en composant la B.O du film Diamond Island du franco-cambodgien Davy Chou.

Et voilà comment après bien des détours, un artiste grandit, laisse derrière lui l’adolescence et un peu d’insouciance pour laisser défiler les mots que l’on découvre aujourd’hui.

Musset, encore

A l’écoute de cet Ep on comprend raidement que Musset n’a pas tellement changé, l’artiste prêt à se saisir de la vie et de ses mystères, à en rire si il faut est bien là, et c’est accompagné de sa guitare que se déroulent tant de mots, à la façon du chasseur Orion qui se fait discret, Musset avance sereinement dans la monde de la musique.

L’amour, l’éloignement, l’absence, l’oubli et quand même toujours autant d’espoir que même Aussi Loin on pourra se retrouver pourquoi pas autour d’une étoile.

Moins loin que les étoiles, il y a cette petite lumière juste « A l’intérieur » de nos coeurs, et c’est ce que nous raconte sur un ton très enjoué Musset.

On vous disait que Musset aime parfois se moquer de la vie et de ses mystères, et bien « Ce qui ne me tue pas » est le plus bel exemple de ce qu’est son parcours, la vie.

Ce qui ne me tue pas ne me rend pas plus fort, et pourtant…

Musset est de retour, rendez-vous le 27 avril 2019 pour la sortie de Orion.

En attendant, voici « Aussi Loin » avec un clip


Fast Forward Holophonics