Sous la peau, le nouvel album de Lou Marco…


On avait déjà  adoré ce que l’on avait découvert début 2013 avec un EP carrément entrainant!

Le 3 Février 2014 c’est l’album qui a débarqué, on l’a écouté, écouté encore et encore, et on l’a adoré!
LOU-marco_sous_la_peau

Vous pourriez me dire que l’on trouve beaucoup d’album « magique », et vous auriez certainement bien raison, mais après tout qu’est ce qu’il y a de plus magique que la musique qui en quelques notes est capable de vous dépayser, de vous changer complètement, de déclencher en vous des émotions des sensations, de vous absorber totalement?

Alors oui, Sous la peau qui porte forcément bien son nom quand on l’a écouté une fois c’est l’album de Lou Marco à  coté duquel on ne pouvait pas passer.

Il y a quelques mois en découvrant « Don’ care » qui fait partie de cet album, on vous annonçait une orgie sonore, une musique que certains pourraient trouver trop sophistiqués, mais plus que de la sophistication c’est surtout une musique très élaborée, et une fois encore une musique qui n’est pas là  uniquement pour faire de la figuration et qui déclenchera des émotions, des sensations et plus encore en nous traversant de part en part.

Au programme des mélodies, percussions, vieux synthés, pédales d’effets et machines en tout genre, un savant mélange des sons, des instruments et des voix qui enfonce les portes mais pour la bonne cause, cet album à  dans l’idée de changer un minimum notre vision du monde…

En même temps, on ne peut que voir les choses autrement, envoûté presque drogué par cet album qui respire tellement le talent.

Lou Marco (crédit Youri Lenquette)

De l’inspiration, du bonheur, de la lumière dans les yeux, de la musique, une musique audacieuse, une liste que l’on pourrait continuer à  l’infini pour parler de cet album qui vous gardera à  l’écoute tout au long de ces douze titres.

Un album qui navigue entre plusieurs univers, à  la fois en anglais et en français, une alternance très appréciable d’ailleurs!

Ses début elle les fait avec le regretté Nikola Acin (critique rock et musicien) qui est à  l’origine de la moitié des textes de l’album, et c’est avec lui qu’elle signe le titre « Everything Can Go » qui sera la bande originale de la pub du parfum L’Homme d’Yves Saint Laurent: « Everything Can Go », elle écrit la musique et lui les paroles.

Son Ep sortie en 2013 était plutôt fait de titres en anglais, et c’est Arthur H qui va l’encourager à  écrire en français, Lou va reprendre un titre « India Song » que l’on retrouve sur cet album, un titre extrait du film éponyme de Marguerite Duras, qui en signa les paroles.

Ce titre est un très beau duo, un duo où règne l’alchimie parfaite, et même si d’autres titres viennent nous bercer, nous porter en exaltant nos sens (Sous la peau) celui-ci est quand même exceptionnellement magnifique.

Sous la peau que vous pourrez écouter plus bas est un titre étonnant, un titre qui s’amuse avec nos sens, si on n’y prend pas garder ce titre entraînant se veut léger, et pourtant en l’écoutant bien…

Dans cet album il faut s’attendre à  tout, et vu la hauteur à  laquelle nous entraînent ces 12 titres attentions à  ne pas retomber trop vite, Lou Marco fait rapidement monter la fièvre.

 » Shake the Fever « :  » I want the ghosts, the freaks, the broken and the dreamers /If you’re a creep or a diva, we gonna shake the fever « . Soit, en quasiment français:  » Donnez-moi des fantômes, des fêlés et des rêveurs, que vous soyez loser ou diva, nous allons faire monter la fièvre.  »

De l’électro pop, du jeu, de l’amusement, un brin de pop rock, beaucoup de classe, en bref un album qui va rapidement vous rendre addict à  Lou Marco et qui va « sous la peau » vous donner des frissons à  chaque fois que vous l’écouterez.

Des univers bien différents s’entrechoquent dans cet album, je pense par exemple au titre « Ma berline » que l’on pourrait bien interpréter de différente façon, mais un brin de mélancolie plane ici, des souvenirs, un peu de peine et de tristesse, en espérant ne jamais oublier….

Et en bref, si vous voulez commencer par quelques titres uniquement, juste pour définitivement vous laisser porter par ces mélodies incroyables, commencez donc par Sous la peau, Don’t care, Ma berline, Tout le temps.

Tout le temps, c’est aussi un titre plutôt génial qui aborde une thématique commune sous un autre angle, l’amour ou le désamour…

Sous la peau, le clip:


Fast Forward Holophonics