KESIENA – It was all written


Kesiena signifie « Enfin, il est arrivé » en Urhobos (un peuple du delta du Niger), et comme toujours vu que j’aime les jeux de mots on va dire qu’il était temps qu’il arrive, surtout avec une musique aussi belle et soignée!

Son chemin était peut-être déjà  écrit, ou peut-être pas, mais toujours est il qu’aujourd’hui « It was all written » son premier album studio est bel et bien là !

Kesiena s’est pas mal baladé entre l’Afrique et des grandes métropoles européennes comme Stockholm, Paris ou Berlin

Un point de départ commun à  d’autres grands artistes qui eux aussi viennent du Nigeria (Keziah Jones et son blufunk, Ayo et sa voix soul, le hip hop de Nneka ou encore Asa)

Kesiena avance dans la musique mais pas forcément là  où on pourrait l’attendre, car son chemin musical c’est bien autour du rock qu’il l’a imaginé.

Mais un rock bien à  lui dans lequel il laisse entrer du blues rock (années 70) tout en posant sur la musique sa voix soul assez extraordinaire!

De façon étonnante on a parfois l’impression que cette voix pourtant bien énergique se retient pour ne pas prendre le dessus sur la musique.

KESIENACOVER

« On my way » qui ouvre la route, est certainement le titre qui le représentera le mieux, après tout Kesiena est un voyageur, et quoi de mieux que des voyages pour trouver la liberté qui colle bien à  cette musique.

Sur scène, Kesiena est habité par sa musique, d’ailleurs on le surnomme « Black Jim Morerison », c’est assez parlant pour l’imaginer!

Pour revenir un instant à  son parcours avant de parler de l’album, Kesiena est passé par l’université Paris VIII en musicologie, de quoi avoir de très bonnes bases pour continuer cette carrière débutée en autodidacte.

Il y a aussi pas mal d’aller/retour entre Paris et Stockholm pour parfaire son apprentissage et c’est à  Stockholm qu’il va aussi se lancer dans des expérimentations jazz ou électro.

En 2008 il remporte le tremplin Ile de France, à  cette même période il trouve aussi sa touche personnelle, il va aussi tenter de réconcilier le rock psychédélique hippie des Doors, et la soul chaleureuse de la Motown

En ce qui concerne l’album, plutôt incroyable, il est passé par une phase d’écriture assez longue, il entre en studio en 2011 au Studio Davout avec l’ingé-son Jérôme Jouannard, et ses musiciens Julien Audigier à  la batterie et Aurélien Calvel à  la basse.

It was all written est de ces titres qui sont déjà  là  tout au fond du musicien et artiste, mais qu’il faut mettre en forme pour le bonheur de ceux qui l’écouteront.

Un album de onze titres qui nous emmènent sur des routes musicales très vastes, on saute ainsi d’une ballade folk fabuleuse dans laquelle la voix de Kesiena est certainement l’instrument le plus présent, à  des titres plus seventies avec le titre « Drying Breed » qui se révèle magique et surtout très imagé, je pense aussi à  ce tube blues qu’est « Love is all I have » qui en début d’album donne le ton sur ce que sera lr rock que l’on peut y écouter, les ruptures amoureuses sont très en beautés dans ce titre!

Evidemment on trouve aussi beaucoup de titres plus positifs, « It’s alright » ou « Lullaby for Liona » qui est une berceuse soul où le psychédélisme ravageur est là  pour servir de balance avec le reste de l’album, un titre très captivant, où le mystère prend tout l’espace en quelques notes…

Un album à  découvrir dès le 25 février 2013.


Soutenir Framasoft