Hang on, nouvel album Adam Wood


Adam Wood est un musicien très inspiré qui a toujours de la musique à  partager avec nous, et d’ici quelques semaines c’est un nouvel album « Hang On » qui viendra jusqu’à  nous.

Et pour l’occasion il n’a rien laissé au hasard, tout le monde aux quatre coins du monde pourra l’écouter, sur un smartphone, un baladeur numérique mais aussi en CD, en vinyle et même en K7.

Coté artwork c’est Gérald Jay qui s’est collé au visuel, et on adore ça car dès qu’on le découvre le ton est déjà  donné!

Je n’ai pas précisé mais il sortira sur le label Freemount Records.

adam-wood
Photos:Adam Wood – Antoine Magnien

On est réellement conquis pas ce nouvel album pour lequel Adam Wood signe intégralement les paroles et les musiques et pour cet album sur lequel il prend en main le chant et tous les instruments « guitares électriques et acoustiques, claviers et percussions » il est accompagné de deux musiciens Jamie Pope à  la basse et Yann Clavaizolle à  la batterie et aux percussions(membres de The Elderberries).

Aux Claviers et synthétiseurs, ainsi qu’arrangeur c’est Denis Clavaizolle. Aux claviers encore, Benjamin Tessier.
A la guitare et à  la mandoline, Jim Grégoire.

Un album aux accents plutôt qui glisse du folk vers un boogies très électrique, mais évidemment le coté rock fait parfois une apparition! Avec la musique vient cette belle voix qui porte si bien ces grooves enflammés qui hantent l’album!

Cet album s’ouvre avec Tender Love qui est un véritable ouragan bouillonnant! Pas loin de 5 minutes de musique endiablée!

L’Amérique, c’est ce que l’on trouve dans cet album Made in France qui a été enregistré par Pascal Mondaz au Studio Palissy et Denis Clavaizolle au Wooden D. Studio avant d’être mixé par Denis Clavaizolle, et masterisé par Simon Capony au Studio Basalte. Mais l’Amérique de ces rêves peut-être!

Le tempo ne nous quitte plus dans cet album après le titre Tender Love.

Huit titres que l’on ne se lasse pas d’écouter.

Only birds can fly, un titre qui semble affirmatif et on pourrait presque le démentir seulement en l’écoutant, car plus planant c’est compliqué!

Scarlett une mélodie géniale, des synthé qui s’envolent, et toujours une nouvelle image de l’Amérique, mais pas seulement…

Actress, on change de paysage, on se prend pour un autre, on fait partie du décor…

Pursuit of Happiness est certainement le meilleur titre de cet album, une course derrière un concept plutôt incroyable, mais quel bonheur d’y croire! plus doux, plus joyeux, tout est là  pour vous donner envie d’en écouter encore plus…

L’album se termine par le même entrain vocal que l’ouverture! Rise Up & Shine se la joue plutôt ballade comme pour mieux nous surprendre une dernière fois, et comme on ne s’y attendait pas, le ton monte, le rythme aussi accélère… Non c’est déjà  terminé?

Pour preuve, Hang On s’ouvre avec l’impétueux Tender Love, aussi caressant qu’une tempête de glace en Géorgie. Au fil du disque, Adam Wood impose un tempo fiévreux et habité. Il prend des trains hantés par Buffalo Springfield pour traverser une Amérique qu’il plie à  sa volonté. Même au cœur des tempêtes de claviers et de chœurs, on distingue toujours la lumière rougeoyante d’une guitare en majesté. Précise et affutée, elle calligraphie le nom de ce pays inatteignable décrit par Henry Miller : L’Amérique.

Ghost train, War train

Plus d’infos sur facebook

adam-wood-hang-on


Soutenir Framasoft