Gala –  »Lose yourself in me » (nouveau single)


Voilà  une artiste fière d’être originale et toujours rebelle, Gala qui tient son prénom de la muse excentrique de Salvador Dali et Paul Eluard a été élevé en suivant sa mère à  des réunions féministes, dans des galeries d’art et aux concertes de Patti Smith, elle est ce genre de femme qui aime tracer son propre chemin, elle aiment que les barrières tombent!

Gala quitte l’Italie quand elle est adolescente et s’installe à  Manhattan. Une étrangère sur des terres étrangères, une rockeuse dans un milieu club, Gala a été séduite par un soundsystem en plein essor, les folles soirées et la scène underground gay.

Alors qu’elle étudie à  l’université Tisch School of the Arts de New york, Gala suit les photographes underground New Yorkais ainsi que les clubbers. C’est finalement son appareil photo qui sera la clé de son succès. En échange d’une photo d’un Dj européen, elle enregistre sa première démo. En peu de temps, sans aucune formation ni connaissance dans l’industrie du disque, Gala s’impose comme une icône dancefloor.

Envoyé un peu partout à  l’étranger, le titre  » Freed from desire  » devient un classic de la pop internationale. En 1997, Gala a été nominé en tant que  » Meilleure chanson dance  » au  » Mobo awards  » au Royaume uni au côté de Prodigy, Chemical Brothers et Orbital et a été récompensée comme  » Meilleure artiste étrangère de l’année  » au Midem de Cannes.

Son album “Come into my life” sortit en 1998 avec 4 singles dans le Top 20 à  travers l’Europe, s’est vendu à  près de 6 millions d’exemplaires dans le monde. Elle a reçu un disque d’or au Royaume uni ainsi qu’un disque de Platine et de Diamant en Belgique et en France. Elle a rempli Bercy à  Paris et a participé à  de nombreuses émissions comme Top of the pop au Royaume Uni au côté d’artistes comme Janet Jackson, Oasis et Paul Weller.

Définit par ses fans comme une “artiste culte” pour son style minimaliste et sa voix envoutante, Gala a soudainement disparu au sommet de sa gloire en laissant derrière elle un air de mystère.

Après son interprétation de  » Let a Boy cry  » sur Tarata, Gala rencontre le manager de Prince, Steve Fargnoli qui finit par la représenter. Après une mort inattendue en 2001, Gala se trouve bloquée par un accord avec une maison de disque ce qui l’empêche d’avoir le contrôle sur sa musique. L’envie de se libérer de ses contraintes et de retourner vers l’excitation, l’aventure et la liberté la pousse à  revenir vers les bases de son succès. Gala quitte l’Europe et sa maison de disque pour retourner s’installer à  New york mais cette fois à  Brooklyn.

Elle monte son propre label, Matriarchy Records, ce qui la pousse à  redéfinir sa musique, sa vie et sa carrière. En 2005, elle signe un titre  » Faraway  » chez EMI en France et en Grèce qui se place numéro 1 sur Itunes et sixième sur les ventes de disques.

Le titre a été repris par le chanteur Tamta (gagnant de l’émission  » Idol  » en Grèce) et a été utilisé dans une campagne de pub aux Etats-Unis.

Gala s’est associée au producteur Marcus Bell et mis sur pied l’album  » Tough Love  » (clip a voir plus bas) qui rassemble le meilleur de leurs cinq années de collaboration avec de nombreux artistes disques de platine tel que Lil Wayne, Revin Rudolf, la batteur avant-gardiste Deantoni Parks (John Cale, Meshell Ndegeocello, Mars Volta), le guitariste Joseph Friedman (Justin Timberlake, Katy Perry, Beyoncé) et Tamir Muskat (ex Gogol Bordello, Balkan Beat Box).

Elle commence à  se booker avec son propre label et débute une tournée mondiale des Arènes d’Arles au Highline Ballroom de New york, du Palais des sports de Paris en passant par les Arènes Ethias en Belgique ou 40 000 personnes en demande toujours plus. En 2010 elle a l’honneur d’être l’unique invitée au  » 24h vélo  » avec  » Though love « , la plus grande fête étudiante à  Louvain la Neuve en Belgique. En 2011 Gala était la tête d’affiche du Forest National à  Bruxelles et a fait un passage sur la scène du Zénith de Paris.

Ces dernières années, Gala a produit près de 5 vidéos comme “I’m the World” qui reprend des extraits de la vidéo de  » The song I love to  » de l’artiste argentin Sebastiano Mauri.

Cette année Gala prévoit de sortir son nouveau single et album produit et enregistré à  Los Angeles.


Fast Forward Holophonics