Thomas Howard Memorial – 1er EP


Thomas Howard Memorial vient vers nous avec cinq titres d’un calme absolu, cette musique que l’on se plait à  écouter à  la nuit tombée, à  la fin de la journée, vous savez dans ces moments où l’on a envie de faire tomber la pression, de ralentir le rythme, de se laisser aller pour migrer vers un monde où avoir l’esprit tranquille est la première activité à  la différence du monde dans lequel on évolue qui semble consister à  se taper plus ou moins violement les uns sur les autres sans avoir besoin d’une raison valable.

Et pour vivre dans un monde où le mot apaisé prend tout son sens il faut un tempo adapté, une chance pour nous puisque sa musique si elle peut-être puissante sait aussi se faire discrète, on se retrouve vite dans une autre dimension, au dessous de tout ce qui nous entoure, on s’envole, on plane, on se laisse aller.

Alors évidemment quand on parle de sentiment, on devrait parler du passer de chaque auditeur, car la musique qui reflète des sentiments reflète souvent des souvenirs marqués eux aussi par du son, peut-être celui de The Craftmen Club d’où viennent Yann Ollivier (Guitare/chant) et Marc Corlett (Guitare) rejoint par Camille Courtes (Batterie) et Colin Le Moigne (Basse / Claviers).

Cinq titre d’une limpidité absolue, c’est tout simplement « spatial » comme ambiance, et petite surprise quelques quelques minutes avant la fin, un sursaut d’énergie par désagréable qui nous ramène un peu à  la réalité.

Comme quoi, même avec une barbe mal rasée et pixelisée on peut faire du bon boulot!


Fast Forward Holophonics