Peinture en fuite


Des cartouches d’encre et du papier à  imprimer, une fuite et des tâches. Pas très appétissant sur le papier, et pourtant… L’art dans toute sa splendeur pour une série de peintures aussi originale qu’inattendue !

L’art couvre des domaines et techniques extrêmement diverses et variées. Il y a de tellement nombreux courants artistiques qui ne cessent d’évoluer et de s’influencer les uns les autres. L’art évolue, change, intègre de nouveaux concepts et de nouvelles techniques, il transmet des messages et des émotions. L’art vie, tout simplement. Il investit tous les domaines et est omniprésent.

peinture1

“Create…everywhere” de j neuberger
Cette vie tumultueuse et pleine de changements apporte constamment de nouveaux courants sur le devant de la scène. Parmi ces courants, il en est un qui tend à  utiliser des objets ayant déjà  vécu, afin de leur redonner vie comme base de création de nouvelles œuvres.
Certains artistes ce sont déjà  illustrés dans ce domaine, notamment l’artiste Brésilien Vik Muniz, reconnu pour sa série Photo of Garbage (photo de déchets), dans laquelle il utilise des déchets de la décharge de Rio de Janeiro pour reproduire des clichés des recycleurs d’ordures qui y travaillent.

Dans la même logique, dans sa série  » Photocopy Tapestries  » (Tapisseries photocopiées), l’artiste Canadien Niall McClelland, décide d’utiliser des feuilles imprimées noires ou des cartouches d’encre percées comme base pour créer des collections uniques !

Dans cette série il réalise des œuvres de grandes envergures à  partir de très grandes feuilles de papier recouvertes de toner (encre d’imprimerie laser) qu’il plie de multiples fois afin d’y faire apparaître des marques. En suivant une technique qui lui est propre il réalise ainsi des tracés spectaculaires qui apparaissent au dépliage de ces gigantesques feuilles imprimées.

peinture2

peinture3

 » Tapestry  » exposé au Musée de l’Art Canadien Contemporain à  Toronto
Cette technique parait simple mais Niall McClelland explique, dans une interview pour le magazine en ligne Coolhunting.com, que les résultats obtenus dépendent d’une subtile combinaison entre contrôle et technique et, bien évidemment, d’une petite dose de chance !

Toujours dans la même série, il utilise des cartouches d’encre percées ou en fin de vie qu’il laisse fuir sur de grandes feuilles pliées de papier Japonais. Il n’a pas de préférence quant au type de cartouche ou bien à  la marque qu’il utilise. Que ce soit une cartouche d’encre Canon rouge ou HP bleue, laser ou à  jet d »encre…cela n’aura aucune conséquence sur la finalité de son œuvre.

Le papier Japonais étant épais, il laisse cette encre s’infuser dans le papier plié afin d’y faire apparaître de gigantesques tâches d’encre multicolore symétriques, presque psychédéliques.

peinture4

 » Tapestry  » exposé au Musée de l’Art Canadien Contemporain à  Toronto
En utilisant des matériaux destinés à  être jetés et en les détournant de leur usage primaire, Nialll McClelland arrive ainsi à  réaliser des œuvres saisissantes !

Dans son interview il explique qu’il a d’abord commencé à  utiliser ces matériaux dans un but économique, ayant peu de moyens pour réaliser ses œuvres, mais qu’il a finalement peu à  peu développé un réel intérêt pour les objets ayant une vie passée.

 » J’aime l’idée de travailler avec des matériaux qui ont déjà  un peu vécu, avec des choses qui ont existé en dehors d’un studio « , confie-t-il ainsi au magazine Coolhunting.com

Il est surprenant de voir comment une cartouche d’encre premièrement destinée à  l’usage industriel peut être détournée de sa fonction principale au profit de l’art. Le rendu final est tout simplement stupéfiant, presque envoutant.
En détournant des matériaux de la vie de tous les jours pour réaliser des œuvres originales et innovantes, Niall Mcclelland, au même titre que Vik Muniz, a su faire preuve d’un véritable génie créatif qui mérite d’être reconnu et partagé.
Allez donc faire un tour sur son site afin de voir l’intégralité de sa collection et, si vous appréciez, n’hésitez pas à  le partager à  votre tour !

Photographies avec l’aimable autorisation de Clint Roenisch gallery

Blogueuse invitée rédactrice de cet article: Elise Lévêque


Fast Forward Holophonics