Anouk Aïta, nouvel EP


Aïata signigie  » la femme mangeuse des nuages du ciel « , et c’est bien dans le ciel que s’ouvre son EP avec un magnifique titre débordant de poésie, une poésie qui plane au dessus de la terre comme pour tous nous toucher, et il faut bien avouer qu’avec une ouverture comme ça qui nous pose une question  » Pourquoi regardes-tu la lune ? »

Cet EP est un très beau départ dans le monde du disque pour celle qui arrive sur la scène de la chanson française avec une voix étincelante qui saura rapidement s’imposer.

Après deux ans à  alterner concerts et écritures, l’EP ouvre la voix à  une suite déjà  attendue.

Cet EP de quatre titres annonce en fait un album que l’on découvrira à  l’automne 2013 et on imagine déjà  y découvrir de très belles choses.

En attendant on se trouve face à  des titres étonnant dont le premier  » Pourquoi regardes-tu la lune?  » qui en plus d’être le départ de l’album est aussi représentatif de la collaboration entre Anoul et Amos Mâh violoncelliste et co-auteur des textes et des musiques.

C’est donc sur une ballade folk des plus brillante qui nous parle d’amour, d’espoir, de bonheur, de sourire, bref quelque chose d’attirant comme une lumière au loin.

De façon étonnante on mélange les styles dans cet Ep et quel bonheur de passer aussi facilement d’un univers à  l’autre, après le folk c’est le coté musique tzigane façon gypsy avec  » Errer  » qui nous fait découvrir l’identité d’un vagabond, entre fatalité et liberté, errance et avenir.

“I Forgot To Love” c’est aussi une petite touche de folk qui semble s’amuser avec une pointe de ska avec un amusant clin d’oeil doo-wop qui donne beaucoup de charme à  ce titre.

“Naci en Alamo”, vient là  en tant que magnifique reprise, un titre que rendu célèbre par la bande originale du film de Tony Gatlif Vengo, il vient compléter l’univers d’Anouk avec élégance.

 » Je suis de nulle part , je n’ai pas de paysage, je n’ai pas de patrie […] avec mon coeur je chante […] je suis né de l’amour…

Un titre qui colle bien avec l’univers des trois autres titres, et qui quand on découvre l’univers qui inspire Amos (contemporain, jazz, Dalida, Barbare, Ella Fitzgerald…)a toute sa place dans ce duo qui semble nous emmener dans un univers où l’on fête chaque instant sans jamais imaginer ce que sera le suivant, mais tout cela dans un univers où une voix enivrante vient soutenir nos journées.

Un ep à  découvrir

Chant, choeurs: Anouk Aïta
Violoncelle, choeurs: Amos Mâh
Guitare, cuatro, requinto, laud, bodhran, choeurs: Jean-Louis Solans
Batterie: Jean Thévenin
Contrebasse: Marcello Giuliani

Retrouvez la en concert pour profiter encore plus de sa musique:
12/10 Zénith (75) – 1ère partie de Zebda
13/10 Châteaubriant (44) Théâtre de Verre
25/10 Rennes (35) L’étage – 1ère partie de Zebda
12/12 Lille (59) Le Splendid -1ère partie de Zebda
13/12 Strasbourg (67) La Laiterie – 1ère partie de Zebda

Et maintenant place au clip avec le titre Errer

http://www.facebook.com/anoukaiata


Soutenir Framasoft