Alexis HK, le dernier présent


Si les mayas savaient tout, il semble qu’ils n’aient pas prévus le nouvel album d’Alexis HK qui est peut-être bien né de cette idée que la fin du monde était proche.

Si tout s’arrête fin 2012, alors il faut vivre le sourire aux lèvres, il faut que notre enthousiasme ne s’éteigne pas, bref il faut vivre « heureux »

Ce quatrième album s’ouvre sur « le dernier présent » titre qui laisse des traces au fil de l’album, un peu comme si ce pouvait être le dernier.

Après tout si l’on a tout ce dont on rêve, si l’on est heureux aujourd’hui, pourquoi ne pas en profiter juste au cas où un jour tout s’arrêterait…


credit FrankLoriou

Cet album est donc basé sur cette idée de bonheur présent et pas forcément éternel, et au final que la fin du monde soit pour 2012 ou que la fin du monde soit pour plus tard, l’idée est la même, vivre l’instant.

Le dernier présent, instant de mélancolie où l’on regretterait presque le bonheur que l’on cherche encore ou que l’on souhaite conserver.
Un album assez grave et pourtant bien attachant, on y croise un bonheur en arrière plan, un peu comme si cet album était composé de plusieurs calques qui composent un  » tout  » qui quand on l’écoute nous propose une ambiance très sereine.

Ouvrir son coeur, il faut déjà  y penser quand on écoute l’album.

Et si on imagine les textes personnels à  Alexis HK, on peut s’y retrouver comme dans  » Je reviendrai  » qui est certainement la chanson qui aborde le mieux le bonheur, ce bonheur passé donné par ceux qui nous ont quitté mais que l’on espère revoir un jour, un retour sur des souvenirs aux racines de la vie, ces racines où les rires traversent le temps, un titre émouvant sans aucune barrière!

On sent Alexis HK très posé dans cet album, une façon certainement d’avancer de façon beaucoup plus sereine et agréable dans cette vie où le bonheur n’est pas toujours où l’on croit.

L’album est littéralement traversé par la poésie, mais ne nous trompons pas, même si la poésie et peut-être le rêve sont là , il y a quand même un regard parfois foudroyant sur le monde, je pense là  au titre  » On peut apprendre  » qui si il nous conforte dans l’idée d’un monde où tout semble simple et logique nous fait tomber de haut dans les derniers instants, évidemment il faut prendre les textes comme ils sont, tels des flashs censés nous montrer un instant précis ou unique.

Coté musical, le ton est clair, limpide même si on sent un peut de fantaisie qui amène un plus dans de nombreux titres, comme le ferait un artiste en mettant beaucoup de couleur sur un tableau noir ou un écrivain en mettant des images au milieu de ses textes, simplement pour rendre les morceaux plus beaux, plus attrayants.

J’avais aussi envie de partager avec vous cette petite anecdote sur le temps d’écriture d’un titre, simplement pour comprendre que si tout semble simple quand on regarde un artiste avec les yeux d’un fan ou d’un simple auditeur, cela ne l’est pas forcément.

Le titre  » Je reviendrai  » a été écrit en 9 minutes et «  Fils de  » en plusieurs années, tout cela pour dire que les titres sont parfois réfléchis, quelquefois spontanée, mais toujours travaillés, car ils viennent tous du même endroit, d’un vécu plus ou moins long, d’une idée ou de l’imagination.

La musique est parfois synonyme de liberté et d’indépendance et on peut le ressentir en l’écoutant.

Cet album est un pur bonheur, il défile en quelques instants, et on doit certainement le prendre comme un moment de bonheur, un peu comme si on regardait une fleur éclore et rendre les armes, le dernier présent…

Cet album on le lui doit, mais il est accompagné par plusieurs autres artistes, mais ce qu’il y a de plus beau dans cet album c’est peut-être bien se regard  » vrai  » qu’a Alexis HK sur notre monde.

Le dernier présent à  écouter ici:

Le 17 septembre, date à  retenir pour écouter cet album en prenant son temps, juste pour le plaisir et juste pour ce dire une fois de plus que le présent est là  avec nous, vivons le!


Soutenir Framasoft