Hira, nouvel album de Meta And The Cornerstones


Faire de la musique c’est bon, la partager c’est encore plus beau! Après un an et demi, voici donc le nouvel album, le troisième « Hira » signé par Meta And The Cornerstones .

Tout est beau sur cet album, de cette photos qui nous accueille aux premières notes qui respire l’amour.

Un album enregistré un peu partout en fait, de l’Angleterre, aux Pays-Bas, à la Jamaïque en passant par Paris et New York.

Un album qui dépasse les frontières pour une musique qui semble ne pas les connaître, il sera disponible dès le 17 février 2017 sur Metarize LLC.

Maintenant que l’on a passé les infos concernant la sortie, parlons un peu de musique et de tout ce qu’elle porte comme message, car il faut bien se l’avouer, c’est un message important dans ce monde qui semble avoir des frontières à chaque coin de rue.

Hira

C’est toute une philosophie cet album, tout au long des quatorze titres on appréhende combien il est important pour soi-même et pour les autres de bien cerner ce qu’est l’amour au sens large, et autant dire que Meta Dia y met tout son coeur!

Le reggae porte déjà bien des valeurs, mais quand les mots sont si bien choisis, quand ils sont si fort, nul doute qu’ils resteront écrit bien longtemps dans nos esprits.

Mais à mon sens, si ces chansons plaisent tant cette fois, c’est que les notes reggae ne sont pas les seules à porter les mots sur cet album.

Je ne sais pas si on peut parler de musique du monde, mais c’est un savant mélange des styles qui réussit bien à cet album.

Un cocktail musical en écho à cette mixité qui fait tant de bien à l’humanité.

Hira vient l’air de rien avec quelques notes de piano et une musique plus ethnique ouvrir les portes blindées, abattre les murs les plus hauts, et fêter joliment toutes ces différences (culture, religion…) qui font ce monde.

L’amour de soi-même commence sans aucun doute par la tolérance.

Meta diaa grandi dans un village du Sénégal, il a été élevé dans les traditions islamiques soufi. Et aujourd’hui il distille efficacement ce qu’il y a de plus important et ce qui semble déclencher bien de la peur et de la haine, la paix.

Mind Your Business

Zion Stereo, Salam is our doctrine, our cornerstone… Tout est dit dès les premiers mots, ici il pointe la détérioration des rapports humains, mais pas seulement car l’espoir est encore là.

Ce n’est pas si rare, mais c’est plutôt flagrant sur l’album « Hira », toutes les chansons ont un lien, et pour cause elles sont toutes un chapitre d’une histoire complète qui nous mènera jusqu’au fond de nous même avec le dernier titre « Finding Oneself« .

On vous parlait de mélange musical, et bien il y a vraiment un vaste éventail de musique qui vient coller au reggae, bossa nova, sons du Moyen Orient, Gnaoua marocain, jazz classique, flamenco, rock, rythmes africains. Souvent marquée avec l’ouverture des titres, ces différentes saveurs portent haute le message de Meta Dia.

Il y a aussi une apparition remarquable à plusieurs reprises sur cet album, c’est la voix de Concha Buika (Proclamée meilleure vocaliste féminine, décorée et quatre fois nominée d’un Latin Grammy Award).

« Ce qui était supposée n’être qu’une apparition s’est fini en intense collaboration » raconte Meta Dia. « Une grosse surprise, préparez-vous à avoir la chair de poule ! »
Les titres Do et Regardless qui raisonnent encore bien longtemps après les avoir savourés.

www.metaandthecornerstones.com

01 – Hira
02 – Addis State of Mind
03 – The Fig and the Olive Tree
04 – Spirits of Light
05 – Do feat. Concha Buika
06 – Zion Stereo
07 – Join The People
08 – Mind Your Business
09 – Bilal
10 – Regardless feat. Concha Buika
11 – Mother Mada
12 – Valley Of Roses
13 – Kingdom
14 – Finding Oneself

Soutenir Framasoft