Disparue Juliette, le nouvel album pop signé DE CALM

  • 6
    Partages

Le duo toulousain De Calm est de retour avec un troisième album. Disparue Juliette nous plonge sans hésitation dans un pop mélancolique qui ne nous est pas inconnu, une musique à l’élégance et au charme très particulier qui fait plaisir à écouter.

Et si on aime beaucoup leur musique c’est que celle ci est aussi une histoire qu’il nous raconte depuis le début, avec des passages plus ou moins visibles entre les différents albums, une sorte d’album infini dans lequel toutes les chansons se tiennent pour passer à la suivante.

Mickaeël Serrano (composition) et Guillaume Carayol (écriture et chant) s’amuse en jouant et ça s’entend, un amusement qui n’empêche en rien de prendre un ton plus grave si les textes en ont besoin!

Disparue Juliette

Un album qui flirte parfois avec l’ironie joyeuse que l’on croise dès la prise en main de l’album avec un visuel plutôt étonnant sur lequel on les découvre un alligator en laisse à la recherche de Juliette.

Cet « Alligator » est d’ailleurs celui qui nous accueille pour ouvrir l’album, des larmes et de la déception, un univers sombre et beaucoup de souvenir sur une musique efficace et puissante, on se prend à reprendre ce beau refrain…

Un titre qui donne aussi son nom à l’album en reprenant les derniers mots de cette chansons, les derniers mots écrits pour cet album lors du passage au Studio Drop-In à Saint Jean de Luz.

On vous parlait de lien entre chaque album, un lien qui n’enlève en rien la possibilité d’innover et de changer de route, et c’est ce que l’on découvre sur cet album avec des claviers très présents qui portent haut et fort ce son pop très aérien.

Un son synthétique qui laisse aussi la part belle aux instruments plus classiques comme la basse ou les batteries ainsi que l’utilisation de guitare pour imaginer de nouvelles sonorités.

Deux mots qui raisonnent aussi autrement quand on imagine qu’ils sont posés là sur des notes à l’age où l’on remarque toutes ces disparitions autour de nous, Disparue Jeunesse?

La disparition est toujours là, dans un petit coin de l’album, et sous toutes ces formes, de l’amour à l’amitié, d’un pays aux liens si fort qui unissaient des frères!

Au départ personne n’y croyait… Miser sur nous est l’occasion pour le duo de revenir sur ce chemin parcouru, que ce soit l’aventure d’un artiste ou d’un sportif, des deux peut-être, car ce texte pourrait être la trame de bien des vies dont toutes les péripéties permettent de se forger une carapace et de grandir.

En parlant de carapace, de parcours, il y a aussi Les vainqueurs qui nous rappelle que la première marche ne pourra pas accueillir tout le monde, la vie continue sur un air joyeux même si on n’atteint pas toujours le sommet en premier.

L’existence c’est ce titre que l’on se plait à imaginer jouer devant un paysage grandiose une guitare entre les mains, juste pour profiter de tout ce temps qui passe!

On change de ton, on découvre la lune claire, le vent, Il fait froid et les frissons sont là, le cœur qui bât, sans aucun doute le plus beau titre de cet album, un rêve éveillé et imagé, mais qu’a t’on réellement vu, qu’a ton finalement entendu?

Il faut bien s’avouer que le monde y pousse beaucoup de pays au bord de ces falaises, alors « Au bord des falaises » on découvre que l’espoir est encore là, le gris laisse place à la couleur, les débris aux étoiles dans les yeux, de la tolérance… En fait ce titre résume tout ce que l’on peut attendre d’un lendemain qui aujourd’hui parait bien incertain pour trop de monde.

La disparition se rappelle encore à nous avec Les rues qui nous séparent, l’histoire de la rupture et de l’éloignement de ces deux frères qui pourtant vivaient si proches, de quoi parler à bien du monde, mais là aussi l’espoir est là, après tout la vie continue de courir.

La bonté est bizarre revient avec beaucoup de pudeur sur ces évènements tragiques qui ont marqué le Bataclan.

Heureux ou pas, Sombre ou rayonnant, chaque titre laisse une place à des lendemain plus beau, et ça ne peut que faire du bien!

Soutenir Framasoft

  • 6
    Partages
  • 6
    Partages